Les 4 principaux types de ruminations



Pourquoi s’attarder sur un constat dressé à partir d’une perception et d’une interprétation négatives d’un événement révolu ?

Ta marge de manœuvre se situe dans le présent.

Alors agis dans l’instant avec implication et persévérance.


Quels sont les 4 principaux types de ruminations ?

- Les généralisations négatives : « Mon enfance fut un désastre », « Mon père était autoritaire ».

- Celles qui se rapportent aux blessures et aux échecs : « Je ne me remettrai jamais de mon divorce », « Je n’ai pas eu mon bac ».

- Celles qui renvoient aux regrets face à un choix : « Je n’aurais jamais dû déménager dans le Sud ».

- Les idéalisations : « C’était l’époque, ce n’est pas prêt de revenir ! », « Elle était tout ce que j’aime ! ».


Comment atténuer les ruminations et s’apaiser de l’intérieur ?

Projette-toi dans le futur en pratiquant la visualisation positive (tu imagines ta vie rêvée et tu t’imprègnes de ton rêvé éveillé).


Comment faire ?

- Pense à une situation qui t’est inhabituelle, que tu redoutes : tu vas être père/mère, tu es sur le point de divorcer, tu t’apprêtes à déménager…

- Concentre-toi sur ce que tu as à gagner en réussissant dans cette situation : « J’ai hâte de cajoler mon bébé », « Je vais pouvoir envisager mon avenir sentimental plus sereinement », « Enfin notre maison, notre nouveau cocon ! »

- Avance différents scénarios possibles, du plus réaliste au plus farfelu, pour y parvenir : signer au préalable un CDI, rester en bons termes avec son ex-femme pour que tout se passe bien, espérer que sa demande de crédit soit acceptée…


En vivant dans le présent et en te donnant les moyens de réaliser tes rêves, tu finiras par intégrer toute situation autrefois « problématique » à ta zone de confort.


Au fil du temps, tes ruminations appartiendront… au passé.


Tu m’en donnes des nouvelles ?