Quelles sont les 5 blessures de l'âme ?

Les blessures de l’âme ou blessures émotionnelles sont gravées dans notre subconscient depuis notre plus jeune âge. Ces blessures de l’enfance, souvent transmises par nos parents, conditionnent notre comportement, notre rapport à l’autre, nos pensées et nos émotions.



Ce sont le psychiatre autrichien Wilhelm Reich et le psychiatre américain John Pierrakos qui ont été les premiers à mettre au jour les blessures de l’âme. La coach et écrivaine canadienne Lise Bourbeau a sorti un livre sur le sujet, devenu un best-seller international : Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même.


Je vous présente ici les 5 principales blessures existentielles.


1. Le rejet


C’est la blessure la plus précoce (elle naît entre l’âge de 0 et 1 an) et la plus destructrice.


L’enfant ne se sent ni accepté, ni désiré.

Devenu adulte, il pense qu’il est nul et sans valeur.

Il considère qu’il n’a pas la légitimité d’exister, d’aimer et d’être aimé.

Il peut même se demander ce qu’il fait sur Terre.

C’est quelqu’un de perfectionniste (il ne s’accorde pas de droit à l’erreur) et d’idéaliste (il se crée un idéal inatteignable).

Face à une situation problématique, il panique et a tendance à fuir, à s’isoler, ou à se réfugier dans l’alcool et/ou la drogue.


Pour guérir et se libérer de sa blessure, il lui faudra en prendre conscience et l’accepter, se pardonner lui-même pour pourvoir pardonner à l’autre, affronter ses peurs plutôt que de les éluder, et s’affirmer avec plus d’assurance.


2. L’abandon


Cette blessure naît dans les 3 premières années de sa vie.


L’enfant ne se sent pas soutenu, écouté, ni même entouré sur un plan affectif : il manque d’amour et d’attention.

Redoutant la solitude qui l’angoisse, l’adulte qu’il est devenu existe à travers les autres dont il dépend : il cherche constamment leur approbation et leur soutien.

Quitte à dramatiser les situations pour attirer leur attention.

Il n’accepte pas qu’on lui dise « non ».


Pour guérir et se libérer de sa blessure, il lui faudra en prendre conscience et l’accepter, se pardonner lui-même pour pouvoir pardonner à l’autre, apprendre à vivre sereinement les moments de solitude, développer sa confiance en soi, et ne pas tenter de monopoliser l’attention des autres.


3. L’humiliation


C’est une blessure qui naît entre 1 et 3 ans.


L’enfant se sent rabaissé, critiqué ou comparé à chaque fois qu’il tente d’exprimer clairement, pleinement et librement le plaisir qu’il éprouve à faire quelque chose.

Devenu hypersensible à l’âge adulte, il fait passer les besoins de ses proches avant les siens, allant même parfois jusqu’à sacrifier ses désirs les plus profonds (attitude masochiste), par peur de se sentir indigne de l’estime de l’autre.

Il se dévalorise souvent et a une faible estime de lui-même.


Pour guérir et se libérer de sa blessure, il lui faudra en prendre conscience et l’accepter, se pardonner lui-même pour pouvoir pardonner à l’autre, être à l’écoute de ses propres besoins, et se décharger des futilités.


4. La trahison


Cette blessure apparaît entre 2 et 4 ans.


L’enfant se sent trahi, manipulé : on ne répond pas à ses attentes, et il a l’impression que l’on se sert de lui.

Il laisse place, quelques années plus tard, à un individu doté d’une forte personnalité, qui veut avoir le contrôle sur tout (manipulateur) et aime attirer l’attention (séducteur).

Particulièrement intolérant, impatient et dévalorisant vis-à-vis de l’autre, il réagit facilement au quart de tour.

Il rencontre beaucoup de difficultés à s’engager dans une relation sentimentale.


Pour guérir et se libérer de sa blessure, il lui faudra en prendre conscience et l’accepter, se pardonner lui-même pour pouvoir pardonner à l’autre, apprendre à lâcher prise, garder son sang-froid lorsque la situation lui échappe, et laisser les autres faire leur trou.


5. L’injustice


Le jeune enfant commence à ressentir cette blessure entre 4 et 6 ans.


Il trouve injuste le fait de ne pas pouvoir s’affirmer et s’exprimer.

À l’âge adulte, l’individu, éternel optimiste (même si rien ne va), est constamment dans l’action et se débrouille par lui-même.

Il craint l’autorité.

Rigide, perfectionniste, très exigeant envers lui-même et les autres, il cherche à vivre dans un monde parfait.

Pour cela, il se coupe de ses émotions, ce qui le fait passer pour une personne froide et insensible.


Pour guérir et se libérer de sa blessure, il lui faudra en prendre conscience et l’accepter, se pardonner lui-même pour pouvoir pardonner à l’autre, se permettre de faire des erreurs, accepter de voir le monde tel qu’il est, et libérer ses émotions.


6. Les autres blessures


L’insécurité

Une personne en situation de carence affective ressent un sentiment de vide, de solitude et d’absence.

Un état qui fait écho à un besoin de tendresse qui n’a été ni satisfait ni comblé durant son enfance.

Le sujet a l’impression qu’il ne pourra jamais se sentir épanoui, compris ou entendu.

Les relations sentimentales dans lesquelles il se lance le font systématiquement souffrir, tant le besoin compensatoire est immense.


L’impuissance

Une personne s’auto-sabote lorsqu’elle affirme vouloir atteindre un objectif, semble se battre pour y parvenir, alors que ses actions, sa motivation et/ou ses résultats manquent de cohérence.

C’est comme si cette personne anéantissait, subconsciemment et sans raison apparente, tous les efforts qu’elle avait entrepris.

Ça t’est déjà arrivé(e), cette sensation de faire un pas en avant, et deux en arrière ?

Et si tes croyances limitantes te jouaient un mauvais tour ?


L’intrusion

As-tu déjà entendu parler du « syndrome de l’imposteur » ou de l’« expérience de l’imposture » ?

C’est un mécanisme psychologique selon lequel l’individu attribue sa réussite à la chance, à un concours de circonstances, au travail ou à une autre personne, mais aucunement à ses compétences ou ses qualités.

Il a l’impression de ne pas mériter sa place, doute sans cesse de lui-même et a peur d’échouer.

Cela cache un profond besoin de reconnaissance.


Nous souffrons tous d’au moins 3 des 5 blessures de l’âme présentées dans cet article. Les identifier permet de les cicatriser et de s’en libérer pour accéder à un état de paix et devenir pleinement soi-même.